Passer au contenu
Bienvenue chez Editions Fragiles - Livraison OFFERTE et expédition 48H
Bienvenue chez Editions Fragiles - Livraison OFFERTE et expédition 48H
Journée internationale des forêts 2022

Journée internationale des forêts 2022

Le 21 mars 2022, nous célébrons la Journée internationale des forêts pour la dixième année consécutive afin de sensibiliser le public à l'importance des forêts. Nos vies sont tout aussi dépendantes de la terre que de la mer en ce qui concerne l'alimentation et les moyens de subsistance. En outre, les forêts sont les écosystèmes terrestres les plus diversifiés sur le plan biologique et abritent plus de 80 % des spécificités terrestres des animaux, des plantes et des insectes. Les forêts couvrent 30 % de la surface de la terre et sont des habitats vitaux pour des millions d'espèces, elles sont des sources d'air et d'eau propres et, bien sûr, elles sont cruciales pour lutter contre le changement climatique. Une étude des Nations unies montre que les forêts peuvent sortir un milliard de personnes de la pauvreté et créer 80 millions d'emplois verts supplémentaires.


La Journée internationale des forêts est une formidable occasion de célébrer la vie sauvage dans le monde et les réalisations de l'humanité en matière de préservation de celle-ci, et d'éduquer le public sur les forêts et les écosystèmes. Mais c'est aussi une occasion appropriée et le bon moment pour aborder les problèmes mondiaux et mobiliser la volonté politique d'agir. Le mois dernier, l'agence des Nations unies sur le changement climatique, le GIEC, a publié un rapport révélant les conséquences mortelles du changement climatique pour les populations de toutes les régions du monde dans les décennies à venir. Les conséquences du changement climatique sont plus graves que jamais, ce qui souligne l'importance de l'unité mondiale.


Objectif de développement durable 15 : gestion durable des forêts

 En 2015, tous les États membres des Nations unies ont adopté une politique de développement durable qui s'articule autour des 17 objectifs de développement durable (ODD). Ces 17 objectifs constituent un plan mondial pour la paix et la prospérité des populations et de la planète et doivent être atteints d'ici 2030. L'objectif 15, intitulé "Vie sur terre", concerne l'utilisation durable des écosystèmes terrestres, la gestion durable des forêts, la lutte contre la désertification et l'inversion de la dégradation des sols. L'objectif 15 vise à restaurer et à conserver les écosystèmes terrestres, par exemple les zones humides, les forêts et les montagnes, d'ici à 2030.

Mais quelle est la gravité de la situation des forêts ?


Investir dans les forêts, c'est investir dans les personnes

La perte de terres agricoles se produit 30 à 35 fois plus vite que le rythme historique. Il en va de même pour la sécheresse et la désertification. 10 millions d'hectares sont perdus chaque année, ce qui affecte les communautés pauvres du monde entier. Par ailleurs, les forêts du monde servent de bouclier contre les zoonoses, ce qui signifie que leur destruction aura des conséquences fatales pour la santé publique mondiale. En fait, une épidémie sur trois de maladies nouvelles et émergentes, comme le VIH et le SRAS, est liée à la déforestation et à d'autres changements d'utilisation des terres. Un autre avantage des bois est qu'ils contribuent à fournir des aliments et de l'eau exempts de bactéries et qu'ils créent des fibres pour les vêtements. Il est tout à fait clair qu'investir dans les forêts et la sylviculture équivaut à investir dans les personnes, en particulier les pauvres des zones rurales, les jeunes et les femmes. Environ 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour leur subsistance.

ForetMalgré ces avantages sociaux, sanitaires et économiques, la déforestation mondiale se poursuit à un rythme alarmant. Et un récent rapport d'une agence des Nations unies indique que le changement climatique se produit plus rapidement que prévu.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et le rapport AR6

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est un organe des Nations unies qui évalue les risques du changement climatique et donne des conseils aux décideurs politiques. Le groupe est composé de centaines d'experts du monde entier et rassemble 195 États au total. Le GIEC a publié cinq rapports d'évaluation faisant le point sur le changement climatique et demandant aux gouvernements du monde entier d'agir. Le sixième rapport d'évaluation (AR6) est en cours d'élaboration et explique les aspects environnementaux, techniques, écologiques et socio-économiques du changement climatique. Le sixième rapport d'évaluation est divisé en trois parties, dont les deux premières traitent respectivement de la "base scientifique physique" et des "impacts, adaptation et vulnérabilité", et ont déjà été publiées. Le deuxième rapport a été publié en février 2022.

Foret

Feux de forêt, sécheresse et déforestation

 Premièrement, le rapport AR6 indique que le changement climatique est sans ambiguïté dû aux activités humaines et que tous les continents devraient connaître, par exemple, davantage de vagues de chaleur, d'inondations et de phénomènes météorologiques extrêmes. Les terres s'assèchent et les mers montent, et la situation s'aggravera encore plus si l'augmentation de la température est supérieure à 1,5 degré. Selon le GIEC, une augmentation de la température comprise entre 2,1 et 3,5 est la plus probable. Cependant, les experts du monde entier ont averti que si les hausses de température dépassent 1,5 degré, nous risquons de perdre tout contrôle sur le climat et de voir les écosystèmes s'effondrer sans possibilité de restauration par la suite. La dernière partie du rapport AR6 décrira "l'atténuation du changement climatique" et est prévue pour plus tard en 2022. Cette partie nous dira comment et dans quelle mesure il est possible d'atténuer les conséquences du changement climatique.


Un autre rapport publié la semaine dernière précise que la plus grande forêt tropicale du monde, l'Amazonie, est sur le point de subir des dommages irréparables en raison des incendies de forêt et de la déforestation. C'est ce qui ressort d'une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Climate change. Elle indique que l'Amazonie perd sa résilience et se trouve à un seuil crucial de dépérissement de la forêt tropicale. 

Des facteurs tels que les sécheresses, les incendies de forêt, le changement climatique et la déforestation réduisent conjointement la résilience des forêts. Si la forêt meurt, cela peut avoir des répercussions gargantuesques sur l'ensemble du globe ; l'Amazonie couvre de grandes parties de l'Amérique du Sud et abrite environ 25 % de la biodiversité totale de la planète. En outre, elle constitue un important collecteur de CO2 dans l'atmosphère. Sans forêt, la température augmentera et le sol ne retiendra pas l'eau, ce qui entraînera des inondations.

 Foret

Des forêts pour des modes de vie durables et une économie circulaire

 La Commission économique des Nations unies pour l'Europe (CEE-ONU) célèbre la Journée internationale des forêts le 21 mars avec un événement en ligne axé sur la manière dont les leaders des secteurs de la mode, du textile et de l'emballage façonnent des relations durables entre les forêts et les modèles de production circulaire afin de réduire les émissions de CO2, les déchets et la pollution.


Les experts partageront des résolutions innovantes pour transformer l'économie linéaire en économie circulaire et l'intégrer dans les chaînes d'approvisionnement. En outre, ils discuteront des questions liées aux produits à base de fibres de bois, à la production durable et au changement climatique.

N’hésitez pas à venir découvrir nos articles de blog sur https://editionsfragile.fr/

 

 

Articles suivant 5 astuces pour réparer et restaurer les dommages au bois